PHYSIQUE

Physique

Concept de diathermie

Fisica

Malgrés les terminologies différentes utilisées dans les livres,  dès le début des années 1900 déjà, les concepts de diathermie, hyperthermie et thermothérapie endogène etaient liés aux champs électromagnétiques de fréquence élevée appliqués aux tissus de l’organisme. L’objectif de cette application est l’augmentation de la température interne et l’induction conséquente de différents effets thérapeutiques.

Dans le cas spécifique de CIM, il s’agit d’un appareil qui génère un courant alternatif de fréquences variables de 0.8 MHz à 1.2 MHz et qui génère un circuit d’application.  Ce circuit inclut une paire d’électrodes permettant l’utilisation de la tension alternative sur le corps du patient, qui se transforme en composant du circuit électrique.

Fisica

Il y différents types d’électrodes: des électrodes métalliques, où le métal se trouve en contact direct avec le corps (mécanisme de couplage direct); des électrodes métalliques isolées, où le métal, grâce à l’isolant, n’entre pas en contact direct avec le corps (couplage capacitif).

Les électrodes isolées se différencient par leur forme et surface et peuvent être utilisées, que ce soit de forme manuelle par l’opérateur ou à travers le positionnement automatique (électrodes en forme de plaques).

En tout cas, que ce soit à l’aide d’électrodes métalliques ou isolées,  il se produit dans le corps, une série de phénomènes physiques basés sur ‘l’effet condensateur’.

Fonctionnement d’un condensateur

Quand on applique un courant alternatif entre les armures d’un condensateur, chaque point du diélectrique entre les armures acquiert une tension alternative et variable de façon que les molécules comprises entre les deux armures se polarisent en formant un dipôle. Ce dipôle s’oriente selon la tension appliquée. Le changement d’orientation des dipôles, selon la tension alternative, permet le passage du courant à travers le condensateur.

Fisica

Dans ce but on profite du déplacement électrolytique d’un conducteur du deuxième type: le corps humain. Les conducteurs de deuxième classe sont ceux dans lesquels le transport du courant se produit à travers le déplacement physique des iones à travers d’un liquide. Nous avons, par conséquent, un passage de courant en double sens, lié au mouvement physique des iones, plus lent que celui qui se produit dans les conducteurs de deuxième classe.

L’intensité du courant passant par le conducteur est donc appelée ‘le courant de déplacement’.

Dans le cas spécifique de CIM, on peut dire que le condensateur (CIM) s’applique sur l’organisme qui, à son tour, est formé principalement par une série de condensateurs internes. L’exemple le plus simple d’un condensateur est une cellule, unité vive du corps humain formée par une membrane phospholipidique (isolante) et un intérieur conducteur (cytoplasme) riche en liquides et électrolytes.

Courant de haute fréquence

En comparaison avec d’autres formes de chauffage des tissus usées dans la médicine (conduction, radiation infrarouge), le chauffage à l’aide de courants électriques de haute fréquence a l’avantage de permettre une pénétration plus profonde des tissus (de plusieurs centimètres) par conséquent un traitement plus efficace. Le mot DIATHERMIA (DIA= à travers, THERME = chaleur) provient le de cette conversion du courant en chaleur.

Depuis les années 30, la diathermie devient une méthode standard de la thérapie physique, et, en en beaucoup de champs, de la médicine et de la chirurgie.

Depuis les années 80, il se produit une notable augmentation dans l’offre d’appareils de ‘Diathermie Capacitive et Résistive’ (Couplage direct) offrant une claire satisfaction clinique, autant du côté des opérateurs que du côté des patients.

L’investigation en concret de l’effet condensateur a révélé une toute nouvelle potentialité en comparaison avec les méthodes antérieures.

Le mécanisme qui génère la chaleur est absolument différent, vu qu’il est capable d’augmenter la température interne sans user des sources de chaleur exogènes.

Le comportement du courant électrique d’augmenter la température des conducteurs en tant qu’expression de la dissipation de la puissance est utilisée afin d’augmenter la température interne des tissus.

Le corps humain peut en fait être considéré comme un conducteur du 2ième type qui offre de la capacitation et résistance au passage du courant.

Néanmoins, l’excitabilité des tissus et les phénomènes électrolytiques qui se génèrent, demandent une sélection précise du courant qu’on applique.

  • Le courant continu n’a aucun effet excitomoteur et il présente en plus la particularité de produire des effets collatéraux négatifs comme l’augmentation de la température et l’électrolyse, qui peuvent provoquer des dommages graves dans les tissus.
  • Le courant alternatif de base fréquence ne provoque pas l’électrolyse mais il interfère néanmoins avec les stimulations nerveuses périphériques, ce qui le rend inadéquat pour obtenir un chauffage efficace.
  • Le courant de haute fréquence, au contraire, est parfait pour obtenir un chauffage efficace, il n’a pas d’effets électrolytiques et, grâce à sa qualité de haute fréquence, ne produit pas d’effets excitomoteurs.

On peut  doncm définir,  la haute fréquence d’un point de vue médicale, comme un procédé de thermothérapie par conversion d’énergie électrique faisant usage de courants alternatifs de fréquences très élevées.

Utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour que vous ayez la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à naviguer, vous consentez à l'acceptation des cookies et l'acceptation de notre politique de cookie susmentionnés , cliquez sur le lien pour plus d'informations.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies